Trouver un appartement à louer est devenu un défi fastidieux dans de nombreuses régions de France. Quiconque a récemment cherché un endroit où loger dans des zones métropolitaines telles que Lyon, Nice ou Paris en sait quelque chose.

Mais la recherche d’une location de  logement avec animal de compagnie devient un véritable parcours de combattant surtout lorsqu’il s’agit d’un chien. De nombreux propriétaires ont des réserves sur les colocataires à quatre pattes. Que ce soit par crainte de la détérioration de l’appartement ou la nuisance sonore causée par les abonnements dans le quartier.

Découvrez dans cet article quelques trucs et astuces pour augmenter vos chances de trouver l’appartement de vos rêves en ville.

À qui faut-il faire attention en tant que propriétaire de chien ?

Le nouvel appartement ne doit en aucun cas être trop petit. Un local d’une pièce peut rapidement devenir une prison à quatre murs pour votre chien, dépendamment de sa taille. Assurez-vous également qu’un ascenseur est disponible si l’appartement n’est pas au rez-de-chaussée. Les parcs et les espaces ouverts doivent également être à proximité, afin que votre compagnon à quatre pattes puisse jouir de sa dose d’exercice quotidienne et n’ait pas à se défouler sur vos meubles autres décorations d’intérieurs.

Qu’en est-il de la situation juridique ?

En principe, la détention de chiens dans l’appartement loué n’est pas interdite. Elle n’est pas non plus autorisée en soi. Dans la plupart des contrats de location, il existe une clause d’approbation. Cela signifie que le bailleur doit accepter la présence des canidés dans la résidence. La législation française prévoyait que toute stipulation interdisant la détention d’un animal de compagnie dans un lieu d’habitation était réputée non-écrite.  Cela ne signifie pas pour autant que leur présence soit autorisée dans le logement. La loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 (article 96), par exemple, a dérogé à cette disposition les “locations saisonnières meublées de tourisme ».

Les chiens entrent dans cette exception s’ils dérangent les voisins par leur odeur ou leurs aboiements. Ils peuvent également être rejetés s’ils sont trop nombreux dans la pièce. Il en va de même pour les chiens de combat.

Si l’interdiction des chiens a été décidée dans le contrat de location, il n’y a aucune possibilité légale de faire quoi que ce soit à ce sujet par la suite.

Devrais-je simplement garder le chien tranquille ?

Bien que le bailleur ne puisse refuser la présence de chien dans le logement que s’il a de bonnes raisons. Si un chien vit dans l’appartement malgré une interdiction préalable, cela peut conduire, dans le pire des cas, à la résiliation du bail.

Même si le conflit ne se développe pas à ce point, la relation avec le propriétaire sera probablement difficile si celui-ci l’apprend plus tard. Dévoilez toutes vos cartes et renseignez-vous dès le début sur l’autorisation de la présence des chiens. Si le propriétaire se montre réceptif, il est également conseillé d’emmener l’animal avec vous pendant l’inspection et de le lui présenter.

Comment puis-je convaincre le propriétaire ?

Si le propriétaire est d’abord sceptique, il existe des arguments avec lesquels vous pouvez éventuellement le convaincre. En insistant sur les réglementations légales, vous n’arriverez à rien et vous risquez de perdre le local.

Essayez de rassurer le propriétaire. Par exemple, en emmenant votre chien à l’inspection et en montrant qu’il est bien calme et sociable. Avec la preuve d’une assurance responsabilité civile pour chiens, vous pouvez prouver que tous les dommages dans la pièce sont couverts par l’assurance. Les propriétaires peuvent également lever leurs réserves en présentant un certificat de dressage de chiens de compagnie.

S’il subsiste des doutes, les propriétaires se voient également conquis par un petit supplément au prix du loyer.

La conclusion

Bien que la recherche d’une location de  logement avec animal est souvent difficile, elle n’est pas impossible. En général, l’honnêteté et la sincérité se révèlent être les meilleurs moyens de tirer le meilleur parti de la situation. Vous éviterez ainsi les problèmes avec le propriétaire par la suite. Un bailleur sceptique peut être convaincu, par vos démarches et papiers officiels de la non-dangerosité de votre chien.