Un congrès sur le bien des animaux, les chiens peuvent sentir le cancer. Dans une étude, des beagles entraînés ont pu distinguer des échantillons de sérum de patients cancéreux et de sujets sains, avec une sensibilité de 97 % et une spécificité de 98 %. Les chiens peuvent sentir le cancer, les chiens peuvent même détecter des odeurs diluées à 1-2 ppt, parties par trillion. Une étude récente fournit de nouvelles preuves pour l’hypothèse de longue date selon laquelle les chiens peuvent détecter les processus néo plastiques.

Une détection précoce augmente les chances d’obtenir les meilleurs résultats possibles et de survivre.

Le cancer du poumon est l’un des néoplasmes les plus difficiles à détecter, car les symptômes apparaissent souvent à des stades plus avancés et les procédures actuelles, telles que les rayons X et le scanner, ne permettent pas un dépistage optimal et n’ont pas la spécificité et la sensibilité nécessaires à un diagnostic précoce. L’odorat très développé des chiens pourrait être utilisé pour identifier les biomarqueurs associés à diverses tumeurs pulmonaires. Trois jeunes beagles ont été entraînés au moyen d’un conditionnement chirurgical, formation clicker pour distinguer les échantillons de sang des patients atteints de NSCLC de ceux des individus en bonne santé. Dans une étude en double-aveugle, les chiens ont pu identifier correctement des échantillons de sérum de patients atteints de cancer avec une sensibilité de 96,7 %, une spécificité de 97,5 %, une valeur prédictive positive de 90,6 % et une valeur prédictive négative de 99,2 %. Ces résultats vont maintenant donner lieu à un projet de recherche plus important.

Une méthode low-tech semble être l’une des plus efficaces

Des études précédentes ont décrit que les chiens pouvaient identifier les patients atteints de cancer par l’odeur de leur haleine ou de leur urine. Ils ont été capables de détecter le cancer du poumon et du sein à partir de l’haleine et ont été corrects dans 98 cas sur 100. Les chiens ont pu détecter les premiers stades du cancer colorectal par l’haleine ou les selles, avec une précision comparable à celle de la coloscopie. Les chiens ont également pu détecter le cancer de la vessie, des ovaires ou de la prostate à partir de l’urine. Pour le cancer des ovaires, par exemple, ils ont obtenu une sensibilité de 100 % et une spécificité de 97,5 %. Dans une autre petite, étude, les chiens ont correctement indiqué un mélanome malin. Même chez un patient, dont le médecin avait déjà classé le site comme étant exempt de cancer, le chien a signalé une tumeur maligne. Les examens histologiques ultérieurs ont en effet révélé la présence de certaines cellules malignes. Les preuves de la présence de marqueurs chimiques de mélanome dans le sang et l’urine suggèrent que des composés potentiellement volatils des cellules de mélanome sont libérés à la surface de la peau, en quantités suffisantes pour une détection précoce. Les performances des chiens sont donc comparables, voire supérieures, aux procédures de diagnostic conventionnelles.

Une méthode de faible technicité, qui pourrait être très efficace, est non invasive et n’implique donc aucun risque pour le patient. En même temps, les chiens sont mobiles et peuvent travailler rapidement et partout. La plupart des études ne nécessitaient qu’un entraînement limité, généralement quelques semaines, et l’entraînement précédent se limitait à l’obéissance de base, comme pour les autres jeunes chiens. Il est peut-être temps de mieux explorer ces possibilités pour détecter diverses maladies, et pas seulement le cancer, et de les mettre ensuite en pratique. Les professionnels d’autres domaines où les enjeux sont également élevés font confiance aux performances des chiens depuis des décennies, qu’il s’agisse de la détection d’explosifs, de narcotiques, de personnes enterrées ou disparues, pensez aux innombrables rapports d’experts, comme celui d’un chien qui a trouvé un conteneur en plastique contenant 35 livres de marijuana, alors qu’il était dans un réservoir d’essence scellé et immergé dans de l’essence.

Et une autre note de bas de page, non liée à l’oncologie pour les amoureux des chiens

En parlant de nez poilus bien-aimés : dernièrement, sur le net encore et encore des articles sur les intoxications au xylitol chez les chiens, qui malheureusement dans de nombreux cas ne survivent pas. Le xylitol est un alcool de sucre qui est caché comme substitut du sucre dans un nombre croissant de produits, par exemple dans le beurre de cacahuète, qui est parfois utilisé par les propriétaires de chiens comme friandise ou comme aide pour l’administration de médicaments. Une grande vigilance s’impose lorsque la recette est changée sans sucre. Même un quart de cuillère à café peut être dangereux pour un chien et entraîner une insuffisance hépatique, des convulsions et des lésions cérébrales. Il déclenche une libération rapide d’insuline chez les chiens, de sorte que l’animal peut être comateux en 15 à 20 minutes. Les produits contenant du xylitol, tels que certains chewing-gums, barres protéinées ou biscuits, doivent être conservés de manière à ce que l’absorption inaperçue puisse être exclue sans risque.